Rencontre avec un psychologue Interview 2

Interview de Nolwenn Le Puil, psychologue des personnels pénitentiaires, à la Direction de l’Administration Pénitentiaire du Ministère de la Justice depuis un an et demi environ.

Diplômée en  « Psychologie Clinique, spécialité Psycho-criminologie et Victimologie », Université Rennes 2.

Etudiant : Qu’est-ce que pour vous la psycho-criminologie ?

Nolwenn Le Puil : La psychologie clinique appliquée au champ judiciaire.

Là où la société, au travers de la loi, considère un auteur ou une victime d’infraction pénale ; le psycho-criminologue porte son intérêt sur le vécu subjectif du sujet face à un passage à l’acte violent, qu’il soit agi ou subi. Vécu de l’événement, retentissement, symptôme, parcours de vie, etc. sont considérés. 

E : Vous travaillez dans le milieu pénitentiaire, pourquoi avez-vous choisi de mettre vos compétences au service de cette population en particulier ?

NLP : Je travaille au sein de l’Administration Pénitentiaire, auprès de ses personnels. J’ai choisi de mettre mes compétences au service de cette population du fait de leur exposition à des phénomènes de violences (agression physique, prise d’otage, pression institutionnelle, etc.). Mon intervention consiste en une première écoute. Elle est parfois spécialisée du fait d’un événement potentiellement traumatisant (débriefing individuel notamment). Lorsque nécessaire, un relai vers les professionnels exerçant en dehors de cette administration (psychologues, médecins, juristes, etc.) est effectué.

E : À quelle(s) difficulté(s) cette population vous confronte ou vous a confronté ?

NLP : Une des difficultés réside dans la prise en charge d’un personnel présentant un risque suicidaire accru. Evaluer le risque, obtenir l’adhésion de l’agent (lien avec les proches, démarche d’hospitalisation, …), ou encore faire avec l’absence de professionnels tels que les médecins de prévention, rendent la prise en charge de ces professionnels parfois très difficiles. 

E : À quelle(s) difficulté(s) le cadre pénitentiaire vous confronte ou vous a confronté ?

NLP : Intervenir auprès des personnels pénitentiaires c’est effectuer de nombreux « temps présentiels » lors desquels il s’agit d’aller à la rencontre des professionnels sur leurs lieux de travail. C’est-à-dire aller au-devant des éventuelles demandes d’entretien, connaitre la spécificité des postes de travail et faire connaitre son intervention à des personnels, notamment des personnels de surveillance. Intervenir sur site, en présence des personnes détenues, des supérieurs hiérarchiques et des collègues des personnels, est une contrainte à considérer.

E : Si vous ne pouviez citer qu’une seule qualité indispensable à un psychologue laquelle serait-elle ?

NLP : Avoir un esprit critique.

E : Quel conseils donneriez-vous a un(e) étudiant(e) qui souhaite entrer dans le milieu pénitentiaire en tant que psychologue ?

NLP : Se renseigner sur les différentes fiches de poste existantes dans l’Administration Pénitentiaire (psychologue des personnels pénitentiaires, psychologue du parcours d’exécution de peine, psychologue des services pénitentiaires d’insertion et de probation, etc.).

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s